Sortir du Guide 2015 du Comité pour la santé des exilés

L’édition 2015 du guide COMEDE vient de paraître. Elle était très attendue par les professionnels du champ social et administratif ainsi que par les associations de soutien aux étrangers et aux migrants.

Quel bilan de santé proposer selon le pays d’origine ? Comment aborder les questions de prévention et de dépistage ? Comment résoudre un problème d’interprétariat ? Comment soigner en attendant l’ouverture des droits ? Le guide Comede est un outil ressource incontournable et déjà bien implanté auprès des professionnels de la prise en charge médicale et sociale des migrants et étrangers en situation précaire. Écrit à partir de l’expérience quotidienne des intervenants salariés et bénévoles du Comité pour la santé des exilés (Comede), il donne des solutions pratiques aux problèmes de santé les plus fréquents des personnes migrantes.

Au-delà du domaine médical et sanitaire, cet ouvrage est aussi un outil précieux pour des demandes et besoins plus généraux des populations migrantes : soutien, accès aux soins, conseil juridique, prévention et dépistage. Les actions en faveur de la santé des migrants et des exilés doivent tenir compte des multiples facteurs de vulnérabilité psychique, physique et sociale, au pays d’origine comme en pays d’accueil. L’ouvrage favorise ainsi la connaissance de ces aspects des parcours des migrants, connaissance indispensable et déterminante dans le choix des soins et l’accompagnement à leur proposer. Favorisant la pluridisciplinarité, le guide se compose de quatre parties :

- « Repères » dresse un panorama des populations migrantes et présente les facteurs de traumatisme, de vulnérabilité psychologique, sociale, juridique et médicale liés à leur exil et pouvant conduire à une plus grande fréquence de certaines affections.

- « Droits et soutien » permet de se familiariser avec les différents statuts des migrants (du droit d’asile au droit de séjour).

- « Accès aux soins » détaille les conditions d’accès aux soins et les droits des étrangers en France et présente les différents organismes de santé et les associations de soutien.

- « Soins et prévention » présente les différents sujets relatifs à la prévention et à l’éducation pour la santé auxquels peuvent être confrontés les intervenants : vaccination, nutrition, santé bucco-dentaire, etc. Il aborde également la question de la violence, des infections sexuellement transmissibles ou d’autres pathologies courantes chez les migrants, en proposant au lecteur des points de repère pour assurer le meilleur suivi possible.

L’ouvrage sera diffusé courant septembre auprès de plus de 40 000 professionnels. Il est aussi téléchargeable et commandable sur les sites de l’INPES et du COMEDE.


envoyer l'article par mail envoyer par mail
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 5 juillet 2017, la Commission des affaires sociales du Sénat a présenté un rapport d’information sur les UHSA car elle estime que ces unités sont un dispositif très spécifique destiné à apporter une réponse à un problème grave : la prise en charge psychiatrique des personnes détenues...

Au 1er juin 2017, 69.502 personnes étaient incarcérées en France, ce qui représente une hausse de 1,4 % par rapport au mois de juin 2016 (68.542). Au 1er mai 2017, il y avait 69.679 personnes incarcérées, ce qui représente une baisse mensuelle de 0.3 %.

Nées à l’initiative d’un petit collectif de cinq personnes, infirmières et médecin, habité par la conviction qu’une mise en mots sur notre pratique est porteur de sens pour notre monde médico-social, les causeries médico-sociales ont dorénavant un site Internet...

Voici plus de six ans, l’UHSA Simone Veil de Bron-Vinatier ouvrait ses portes et accueillait ses premiers patients détenus. Cette unité a 60 lits répartis en trois unités. Chaque unité a un projet particulier : accueil d’un patient en crise, soins individualisés, réadaptation. L’UHSA (unité hospitalières spécialement aménagées) reçoit des patients en hospitalisation libre ou sans consentement, recevant plutôt des malades souffrant de pathologies psychiatriques décompensées (psychoses, épisodes dépressifs graves). A ce jour, sept autres UHSA ont été ouvertes en France. Il était donc intéressant de retourner interviewer le Capitaine Jean-Christophe Wiart que la Fondation avait déjà rencontré en novembre 2010 pour tirer les premiers enseignements de deux ans d’expérience du métier de surveillant en un tel lieu.

Le 3 décembre 2015, lors de la soirée maintenant annuelle de la Fondation Après-Tout, avait été invité le Docteur Olivier Robert, neuropsychiatre et médecin du personnel de l’hôpital Edouard Herriot, sur le thème : « Le personnel hospitalier au carrefour de notre société »...

Selon les chiffres publiés le jeudi 15 octobre 2015 par l’Assurance maladie, les dépenses de médicaments en 2014, de 23 milliards d’euros, ont augmenté par rapport à 2013, de 845 millions d’euros (soit 3,8% de plus qu’un an plus tôt), en particulier du fait d’une nouvelle génération de molécules contre l’hépatite C comme le Sovaldi...

Toute les brèves

Contact

Fondation Après-Tout

Adresse : 15 rue Jean Perréal 69008 LYON

Mail : contact@apres-tout.org

Rechercher