Un médecin sur quatre renonce à soigner

"Un médecin sur quatre renonce à soigner" titre le journal La Croix dans son édition du 19 Juin 2015. Ce chiffre figure dans la nouvelle édition de l’Atlas de la démographie médicale en France publié par le Conseil national de l’ordre des médecins.

Chaque année, depuis 2009, 25% des médecins diplômés d’une faculté française ne s’inscrivent pas au tableau de l’Ordre et choisissent donc de ne pas avoir d’activité de soins.

Les données sur les activités de ces médecins ne sont pas toujours précisées. Certains vont dans l’industrie, d’autres dans le journalisme médical, d’autres encore vers des postes administratifs, dans la Sécurité Sociale ou les Agences Régionales de Santé.

Pour certains, cela pose la question du mode de sélection à l’entrée des études de médecine.

Faut-il ajouter au concours écrit de fin de première année un entretien visant à repérer celles et ceux qui ont de réelles aptitudes à exercer un métier de soignant – mais comment repérer cela chez des jeunes de 18 ans et ne peut-il y avoir des vocations de soignants qui n’apparaissaient pas lors de la sélection et qui vont se développer au cours des 9 ou 10 années de formation ?

Par ailleurs, parmi les nouveaux inscrits, on compte 24,1% de diplômés par une université hors de France qui eux-mêmes ont une activité de soins - dans 75% des cas comme salariés en établissement de santé.

Au total, c’est en fait le mode d’exercice en libéral qui diminue, passant de 47,6% des médecins en 2007 à 44,8% en 2015, la baisse étant particulièrement marquée en gynécologie (- 31,3% entre 2007 et 2015), en médecine générale ( - 10,1%) et en psychiatrie ( (- 6,8%).

On peut également lire quelques uns des chiffres suivants concernant la Région Rhône-Alpes.

Sur les 281.087 médecins inscrits à l’Ordre, 27.323 sont en Rhône-Alpes dont 9.880 dans le Rhône (soit 31% des effectifs de Rhône-Alpes). La densité médicale en Rhône-Alpes est de 306 médecins pour 100.000 habitants (moyenne nationale : 281,4).

Entre 2007 et 2015, 1.030 médecins ont quitté leur région pour exercer en Rhône-Alpes, dont 20,1% qui exerçaient auparavant en Ile-de-France.

Agés en moyenne de 50 ans, ces médecins sont équitablement répartis entre les hommes (50%) et les femmes (50%).

39,4% sont médecins généralistes et 60,6% sont des spécialistes médicaux (hors médecins généralistes) ou chirurgicaux.

61,2% des actifs réguliers exercent en secteur salarié et 38,8% en secteur libéral ou mixte.

C’est dans le Rhône que le pourcentage des salariés est le plus important : 67,7%.

Pour en savoir plus : www.demographie.medecin.fr


envoyer l'article par mail envoyer par mail
Version imprimable de cet article Version imprimable

Nées à l’initiative d’un petit collectif de cinq personnes, infirmières et médecin, habité par la conviction qu’une mise en mots sur notre pratique est porteur de sens pour notre monde médico-social, les causeries médico-sociales ont dorénavant un site Internet...

Au 1er mai 2017, 69.679 personnes étaient incarcérées en France, ce qui représente une hausse de 1,4 % par rapport au mois de mai 2016 (68.685). Au 1er avril 2017, il y avait 70.230 personnes incarcérées, ce qui représente une baisse mensuelle de 0,8 %.

Début 2016, sept Unités hospitalières spécialement aménagées (Lyon-Bron, Toulouse, Nancy-Laxou, Fleury-les-Aubrais, Villejuif, Lille-Seclin et Rennes) fonctionnaient en France. La huitième unité a ouvert le 18 juillet 2016 à Cadillac, en Gironde.

Un reportage de l’AFP, un rapport du Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants du Conseil de l’Europe et le projet de loi de finances 2013 nous permettent de faire le point sur ce nouveau type de structure.

Voici plus de six ans, l’UHSA Simone Veil de Bron-Vinatier ouvrait ses portes et accueillait ses premiers patients détenus. Cette unité a 60 lits répartis en trois unités. Chaque unité a un projet particulier : accueil d’un patient en crise, soins individualisés, réadaptation. L’UHSA (unité hospitalières spécialement aménagées) reçoit des patients en hospitalisation libre ou sans consentement, recevant plutôt des malades souffrant de pathologies psychiatriques décompensées (psychoses, épisodes dépressifs graves). A ce jour, sept autres UHSA ont été ouvertes en France. Il était donc intéressant de retourner interviewer le Capitaine Jean-Christophe Wiart que la Fondation avait déjà rencontré en novembre 2010 pour tirer les premiers enseignements de deux ans d’expérience du métier de surveillant en un tel lieu.

Le 3 décembre 2015, lors de la soirée maintenant annuelle de la Fondation Après-Tout, avait été invité le Docteur Olivier Robert, neuropsychiatre et médecin du personnel de l’hôpital Edouard Herriot, sur le thème : « Le personnel hospitalier au carrefour de notre société »...

Selon les chiffres publiés le jeudi 15 octobre 2015 par l’Assurance maladie, les dépenses de médicaments en 2014, de 23 milliards d’euros, ont augmenté par rapport à 2013, de 845 millions d’euros (soit 3,8% de plus qu’un an plus tôt), en particulier du fait d’une nouvelle génération de molécules contre l’hépatite C comme le Sovaldi...

Toute les brèves

Contact

Fondation Après-Tout

Adresse : 15 rue Jean Perréal 69008 LYON

Mail : contact@apres-tout.org

Rechercher