Les phénomènes de surpoids et d’obésité dans la population française aujourd’hui

Le surpoids (1) et l’obésité (2) sont souvent associés à un risque accru de morbidité et de mortalité. Même si la France connait une situation plus favorable que celle observée dans la plupart des autres pays occidentaux, l’augmentation des prévalences (3) de surpoids et d’obésité chez les adultes depuis le début des années 1980 en fait un problème de santé publique majeur. Après de fortes augmentations des prévalences de surpoids et d’obésité chez les adultes des années 1980 jusqu’au début des années 2000, actuellement la moitié des adultes est en surpoids ou obèse, et un adulte sur six est obèse. Les évolutions récentes laissent penser que ces prévalences continuent d’augmenter, même si l’accroissement semble maintenant ralentir.

Une consommation de fruits et légumes suffisante est un objectif prioritaire de santé publique depuis 2001 dans le cadre du Programme national nutrition santé, ceci en raison de ses bénéfices démontrés pour la prévention de certaines maladies chroniques. Actuellement, les niveaux de consommation observés sont insuffisants par rapport aux recommandations (rappel : au moins 400 g par jour, soit l’équivalent de 5 portions), 40 % seulement des consommations sont conformes à celles-ci. D’importantes disparités socio-économiques sont observées, notamment en ce qui concerne les femmes.

Une activité physique régulière est également associée à une réduction significative du risque de maladies chroniques. Les recommandations actuelles, établies de façon plutôt ancienne, préconisent une pratique d’activité physique au moins modérée et la réduction du temps sédentaire. Ces recommandations sont en cours d’actualisation. Les niveaux d’activité physique observés, apparaissent suffisants pour seulement 3 à 5 adultes sur 10. A l’inverse, le temps passé devant des écrans est élevé : la majorité de la population adulte et 30% à 50% des enfants passent plus de trois heures par jour devant un écran, en dehors des temps de travail ou scolaire.

Surpoids et obésité constituent également un problème de santé publique chez l’enfant. Les enquêtes nationales réalisées en milieu scolaire sont la principale source d’informations pour le recueil de cet indicateur, fondé sur la mesure du poids et de la taille de l’enfant ou de l’adolescent le jour de l’examen de santé et permettant de calculer l’indice de masse corporelle (IMC). En France, les prévalences du surpoids et de l’obésité chez l’enfant ont augmenté jusqu’au début des années 2000. Depuis, on observe une stabilisation des prévalences pour les enfants et les adolescents, voire un léger recul pour les plus jeunes (5-6 ans). Cette évolution coïncide avec les campagnes de prévention de l’obésité qui ont été menées durant cette période, en particulier dans le cadre des programmes nationaux nutrition santé (PNNS).

*********

(1) Le surpoids et l’obésité sont identifiés en utilisant l’indice de masse corporelle (IMC = poids en kg / taille² en m) ; chez les adultes, le surpoids est défini par un IMC compris entre 25 et 30.

(2) L’obésité est définie par un IMC supérieur ou égal à 30.

(3) La prévalence est un outil de mesure statistique médicale. Elle indique le nombre de personnes atteintes par une maladie ou tout autre évènement au sein d’une population à un moment donné. Contrairement à la notion d’incidence, qui ne recense que les nouveaux cas, la prévalence comptabilise à la fois les nouveaux cas et ceux diagnostiqués plus anciennement.

Source  : Rapport : L’état de santé de la population en France - Édition 2015. DREES Ministère de la Santé


envoyer l'article par mail envoyer par mail
Version imprimable de cet article Version imprimable

Nées à l’initiative d’un petit collectif de cinq personnes, infirmières et médecin, habité par la conviction qu’une mise en mots sur notre pratique est porteur de sens pour notre monde médico-social, les causeries médico-sociales ont dorénavant un site Internet...

Au 1er mai 2017, 69.679 personnes étaient incarcérées en France, ce qui représente une hausse de 1,4 % par rapport au mois de mai 2016 (68.685). Au 1er avril 2017, il y avait 70.230 personnes incarcérées, ce qui représente une baisse mensuelle de 0,8 %.

Début 2016, sept Unités hospitalières spécialement aménagées (Lyon-Bron, Toulouse, Nancy-Laxou, Fleury-les-Aubrais, Villejuif, Lille-Seclin et Rennes) fonctionnaient en France. La huitième unité a ouvert le 18 juillet 2016 à Cadillac, en Gironde.

Un reportage de l’AFP, un rapport du Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants du Conseil de l’Europe et le projet de loi de finances 2013 nous permettent de faire le point sur ce nouveau type de structure.

Voici plus de six ans, l’UHSA Simone Veil de Bron-Vinatier ouvrait ses portes et accueillait ses premiers patients détenus. Cette unité a 60 lits répartis en trois unités. Chaque unité a un projet particulier : accueil d’un patient en crise, soins individualisés, réadaptation. L’UHSA (unité hospitalières spécialement aménagées) reçoit des patients en hospitalisation libre ou sans consentement, recevant plutôt des malades souffrant de pathologies psychiatriques décompensées (psychoses, épisodes dépressifs graves). A ce jour, sept autres UHSA ont été ouvertes en France. Il était donc intéressant de retourner interviewer le Capitaine Jean-Christophe Wiart que la Fondation avait déjà rencontré en novembre 2010 pour tirer les premiers enseignements de deux ans d’expérience du métier de surveillant en un tel lieu.

Le 3 décembre 2015, lors de la soirée maintenant annuelle de la Fondation Après-Tout, avait été invité le Docteur Olivier Robert, neuropsychiatre et médecin du personnel de l’hôpital Edouard Herriot, sur le thème : « Le personnel hospitalier au carrefour de notre société »...

Selon les chiffres publiés le jeudi 15 octobre 2015 par l’Assurance maladie, les dépenses de médicaments en 2014, de 23 milliards d’euros, ont augmenté par rapport à 2013, de 845 millions d’euros (soit 3,8% de plus qu’un an plus tôt), en particulier du fait d’une nouvelle génération de molécules contre l’hépatite C comme le Sovaldi...

Toute les brèves

Contact

Fondation Après-Tout

Adresse : 15 rue Jean Perréal 69008 LYON

Mail : contact@apres-tout.org

Rechercher