La consommation d’alcool chez les Français

L’excès de consommation d’alcool est à l’origine d’une part importante de la morbidité (cancers, maladies chroniques du foie, atteintes psychiques, séquelles d’accidents) et de la mortalité prématurée.

En France, la quantité moyenne d’alcool pur mise à disposition des consommateurs en 2012, a été de 11,8 litres par habitant âgé de 15 ans et plus, soit une moyenne quotidienne de 2,6 verres standards (verres d’alcool contenant 10 grammes d’alcool pur) par habitant de 15 ans et plus.

La diminution de la consommation d’alcool sur le territoire français, assez rapide au début des années 2000, se poursuit, en se ralentissant depuis 2005. Elle s’inscrit dans une tendance plus ancienne et provient essentiellement de la baisse de la consommation d’un des produits à base d’alcool, le vin.

20 % des Français adultes consomment régulièrement de l’alcool et 12 % le font quotidiennement. En cohérence avec la diminution des quantités, la proportion de consommateurs quotidiens a nettement diminué au cours des années 2000.

Parmi les 18-75 ans, la proportion de consommateurs quotidiens est trois fois plus importante chez les hommes que chez les femmes ; elle augmente fortement avec l’âge pour les deux sexes. Il existe également des différences de prévalence de la consommation quotidienne suivant les professions et catégories sociales : dans les catégories des agriculteurs, des artisans, commerçants, chefs d’entreprise et des inactifs âgés de 18 à 64 ans, 16 à 17 % sont des consommateurs quotidiens contre 2 % chez les étudiants, 5 % parmi les employés, 6 % parmi les professions intermédiaires.

A 17 ans, un jeune sur dix consomme régulièrement de l’alcool, beaucoup plus souvent les garçons que les filles. Depuis 2000, la prévalence de la consommation régulière d’alcool chez les jeunes de 17 ans connaît une alternance de phases d’augmentation et de diminution et, de ce fait, elle se situe en 2011 presque au même niveau qu’en 2000. La tendance à la baisse de la consommation d’alcool observée chez les adultes n’apparaît donc pas chez les jeunes de 17 ans.

La stratégie de l’Etat en matière de prise en charge de l’alcoolo-dépendance est définie par le plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013-2017. Ce plan met l’accent de manière générale sur l’observation, la recherche et l’évaluation comme fondements de l’action publique, et la prise en compte des populations les plus exposées pour réduire les risques et les dommages sanitaires et sociaux.

Source  : Rapport : L’état de santé de la population en France - Édition 2015. DREES Ministère de la Santé


envoyer l'article par mail envoyer par mail
Version imprimable de cet article Version imprimable

Au 1er avril 2017, 70.230 personnes étaient incarcérées en France, ce qui représente une hausse de 2,7 % par rapport au mois d’avril 2016 (68.361). Au 1er mars 2017, il y avait 69.430 personnes incarcérées, ce qui représente une hausse mensuelle de 1,2 %.

Début 2016, sept Unités hospitalières spécialement aménagées (Lyon-Bron, Toulouse, Nancy-Laxou, Fleury-les-Aubrais, Villejuif, Lille-Seclin et Rennes) fonctionnaient en France. La huitième unité a ouvert le 18 juillet 2016 à Cadillac, en Gironde.

Un reportage de l’AFP, un rapport du Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants du Conseil de l’Europe et le projet de loi de finances 2013 nous permettent de faire le point sur ce nouveau type de structure.

Voici plus de six ans, l’UHSA Simone Veil de Bron-Vinatier ouvrait ses portes et accueillait ses premiers patients détenus. Cette unité a 60 lits répartis en trois unités. Chaque unité a un projet particulier : accueil d’un patient en crise, soins individualisés, réadaptation. L’UHSA (unité hospitalières spécialement aménagées) reçoit des patients en hospitalisation libre ou sans consentement, recevant plutôt des malades souffrant de pathologies psychiatriques décompensées (psychoses, épisodes dépressifs graves). A ce jour, sept autres UHSA ont été ouvertes en France. Il était donc intéressant de retourner interviewer le Capitaine Jean-Christophe Wiart que la Fondation avait déjà rencontré en novembre 2010 pour tirer les premiers enseignements de deux ans d’expérience du métier de surveillant en un tel lieu.

Le 3 décembre 2015, lors de la soirée maintenant annuelle de la Fondation Après-Tout, avait été invité le Docteur Olivier Robert, neuropsychiatre et médecin du personnel de l’hôpital Edouard Herriot, sur le thème : « Le personnel hospitalier au carrefour de notre société »...

Selon les chiffres publiés le jeudi 15 octobre 2015 par l’Assurance maladie, les dépenses de médicaments en 2014, de 23 milliards d’euros, ont augmenté par rapport à 2013, de 845 millions d’euros (soit 3,8% de plus qu’un an plus tôt), en particulier du fait d’une nouvelle génération de molécules contre l’hépatite C comme le Sovaldi...

Est également proposé un temps de rencontre et d’échanges à partir d’un exposé : « Le personnel hospitalier au carrefour de notre société » par le Docteur Olivier ROBERT, neuropsychiatre et médecin du personnel.

Toute les brèves

Contact

Fondation Après-Tout

Adresse : 15 rue Jean Perréal 69008 LYON

Mail : contact@apres-tout.org

Rechercher