Un site Internet pour l’information du patient

Depuis quelques mois, on peut donc consulter un site nouveau : « Scope Santé ». Ce site fournit des informations sur les établissements publics et privés, et doit permettre de comparer ceux-ci sur les critères que l’on aura choisis.

On n’a pas toujours le choix de son lieu d’hospitalisation, notamment lorsqu’on doit être hospitalisé en urgence ou lorsqu’on est atteint d’une pathologie grave…

Mais il demeure bien des cas où – parce qu’il s’agit d’une hospitalisation prévisible – on a la possibilité de choisir son moment – et aussi son lieu.

Quels sont alors les critères de ce choix ? La localisation géographique, la réputation de l’établissement, celle de tel ou tel praticien, l’expérience déjà acquise dans une autre occasion par un proche … De plus en plus, on a l’impression que les patients veulent en tout cas choisir, et pourquoi pas sur des bases plus objectives et contrôlées que le seul bouche à oreille.

Certains organes de presse l’ont bien compris, qui depuis maintenant des années, produisent régulièrement des classements d’hôpitaux et cliniques. Leurs critères de classement – assez contestables au début – sont peu à peu plus étayés, et ils cherchent à s’appuyer sur des informations disponibles puisque publiques, mais sous des formes de consolidation disparates et souvent discutables. Ceci a conduit les pouvoirs publics à vouloir contrôler l’utilisation des informations disponibles dans ce domaine. C’est ainsi que la loi de financement 2012 de la sécurité sociale a confié à la Haute Autorité de Santé (HAS)[1] la mission de « coordonner l’élaboration et assurer la diffusion d’une information adaptée sur la qualité des prises en charge dans les établissements de santé, à destination des usagers et de leurs représentants ».

Depuis quelques mois, on peut donc consulter un site nouveau : « Scope Santé  » [2]. Ce site fournit des informations sur les établissements publics et privés, et doit permettre de comparer ceux-ci sur les critères que l’on aura choisis.

Après une fiche de présentation de l’établissement (avec des données chiffrées sur le potentiel d’accueil, les activités), on a accès à des indicateurs de qualité et de sécurité des soins [3] et aux résultats de la certification de l’établissement [4].

Ces informations sont donc officielles, validées et actualisées régulièrement. Elles sont accompagnées d’une possibilité de comparaison simple avec les autres établissements, et de positionnement de l’établissement sur une échelle nationale.

Il est possible de faire une sélection par niveau de certification et par niveau de résultat sur 3 indicateurs de qualité et sécurité de soins, et même d’aller plus loin en réalisant sa propre sélection et ajouter d’autres critères en fonction de sa recherche : prise en charge de la douleur, droits et information du patient, sécurité du patient et lutte contre les infections nosocomiales, équipements, spécialités et volumes d’activité de l’établissement.

Enfin, en se géolocalisant, on pourra disposer des résultats de tous les établissements sur une zone restreinte, ou de tous ceux qui disposent du type de service (chirurgie, médecine, obstétrique sur lequel on veut se renseigner).

A noter qu’il s’agit actuellement de la prochaine version de de ce site. Novembre prochain verra l’actualisation annuelle de nombreux indicateurs, ainsi que l’ajout de nouvelles statistiques d’activité. Voici donc bien une possibilité réelle pour l’usager de s’informer qui répond aux demandes formulées par les associations d’usagers depuis plusieurs années.

*******

[1] « La Haute Autorité de Santé est une autorité publique indépendante à caractère scientifique, qui a pour but de contribuer à l’amélioration de la qualité du système de santé et à sa régulation par l’efficience des ressources que la collectivité y consacre. Ses missions consistent à contribuer à assurer à tous les patients et usagers un accès pérenne et équitable à des soins aussi efficaces, sûrs et efficients que possible ». Origine : Site HAS

[2] Accessible par scopesante.fr ou sur le site du Ministère de la Santé : sante.gouv.fr

[3] Ces indicateurs sont collectés sous le contrôle de la HAS. Ils portent sur de nombreux points : les infections nosocomiales, le dossier du patient, la prise en charge de la douleur, des troubles nutritionnels,…. Il s’agit plus d’indicateurs de procès que de résultats.

[4] Selon l’Art. R.6113-12 du code de la santé publique : Afin d’assurer l’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins, tous les établissements de santé publics et privés doivent faire l’objet d’une procédure externe d’évaluation dénommée certification. Cette procédure est confiée à la HAS.


envoyer l'article par mail envoyer par mail
Version imprimable de cet article Version imprimable

Au 1er août 2017, 69.126 personnes étaient incarcérées en France, ce qui représente une hausse de 0,4 % par rapport au mois de août 2016 (68.819). Au 1er juillet 2017, il y avait 70.018 personnes incarcérées, ce qui représente une baisse mensuelle de 1.8 %.

Le 5 juillet 2017, la Commission des affaires sociales du Sénat a présenté un rapport d’information sur les UHSA car elle estime que ces unités sont un dispositif très spécifique destiné à apporter une réponse à un problème grave : la prise en charge psychiatrique des personnes détenues...

Nées à l’initiative d’un petit collectif de cinq personnes, infirmières et médecin, habité par la conviction qu’une mise en mots sur notre pratique est porteur de sens pour notre monde médico-social, les causeries médico-sociales ont dorénavant un site Internet...

Voici plus de six ans, l’UHSA Simone Veil de Bron-Vinatier ouvrait ses portes et accueillait ses premiers patients détenus. Cette unité a 60 lits répartis en trois unités. Chaque unité a un projet particulier : accueil d’un patient en crise, soins individualisés, réadaptation. L’UHSA (unité hospitalières spécialement aménagées) reçoit des patients en hospitalisation libre ou sans consentement, recevant plutôt des malades souffrant de pathologies psychiatriques décompensées (psychoses, épisodes dépressifs graves). A ce jour, sept autres UHSA ont été ouvertes en France. Il était donc intéressant de retourner interviewer le Capitaine Jean-Christophe Wiart que la Fondation avait déjà rencontré en novembre 2010 pour tirer les premiers enseignements de deux ans d’expérience du métier de surveillant en un tel lieu.

Le 3 décembre 2015, lors de la soirée maintenant annuelle de la Fondation Après-Tout, avait été invité le Docteur Olivier Robert, neuropsychiatre et médecin du personnel de l’hôpital Edouard Herriot, sur le thème : « Le personnel hospitalier au carrefour de notre société »...

Selon les chiffres publiés le jeudi 15 octobre 2015 par l’Assurance maladie, les dépenses de médicaments en 2014, de 23 milliards d’euros, ont augmenté par rapport à 2013, de 845 millions d’euros (soit 3,8% de plus qu’un an plus tôt), en particulier du fait d’une nouvelle génération de molécules contre l’hépatite C comme le Sovaldi...

Toute les brèves

Contact

Fondation Après-Tout

Adresse : 15 rue Jean Perréal 69008 LYON

Mail : contact@apres-tout.org

Rechercher