Prison : école du crime

Je viens de lire dans le journal Le Monde ‘Culture et Idées’ de 9 août 2012 l’interview de Monsieur Xavier Lameyre par un excellent journaliste, Franck Johannes. Le titre de l’article qui emprunte à la rumeur persistante et aux propos certainement fondés d’un haut fonctionnaire de la magistrature m’ont conduit à réfléchir tout seul devant mon ordinateur…

Je sais par des amis avertis qui œuvrent dans les maisons d’arrêt que les fonctionnaires de la pénitentiaire sont de mieux en mieux formés, que leur recrutement est de plus en plus soigné, que leur travail parfois risqué ou ingrat, toujours difficile, mérite considération, que leur conscience professionnelle les conduit largement à être beaucoup plus que des gardiens ou des surveillants.

Je sais aussi qu’en France les prisons débordent, que la criminalité augmente, que les détenus ne sont pas tous des simples délinquants, que la vie des prisonniers condamnés à de longues ou de très longues peines est une épreuve humaine redoutable, que les magistrats font de leur mieux pour calibrer leur jugement et le rendre équitable, que les associations en faveur des détenus et les visiteurs de prison s’emploient à aider ceux et celles qui « purgent » une longue peine.

Je sais qu’en prison, des détenus travaillent, que certains détenus se forment, apprennent un métier, qu’un nombre important bénéficient de cours donnés par des enseignants de l’Education nationale, des étudiants ou des retraités, que tous sont invités à se préparer à une vie civique renouvelée.

Oui, je sais tout cela et j’imagine tout le reste !

Mais puisque la prison est une « école du crime », pourquoi ne pas en faire vraiment une « école de citoyenneté » pour ceux et celles des détenus qui le désireraient ?

Cela supposerait peut-être que l’on développe l’envoi « des instituteurs » pour ce nouveau type « d’institutions », remplaçant progressivement les anciennes écoles du crime.

D’autres que moi ont certainement pensé et réfléchi à cette mutation. Ils ont peut-être échoué. Ils se sont peut-être heurtés à des difficultés énormes
- qui tiennent à la maladie, à la perversité, à l’abime insondable des consciences et à beaucoup d’autres causes.
- qui tiennent au manque de crédit de l’Etat et de la nation
- qui tiennent au poids de l’histoire et des mentalités qui n’évoluent que lentement,
- qui tiennent à la lourdeur administrative
- qui tiennent à la peur engendrée par une hantise sécuritaire.

Qu’est ce qu’apporte ma maigre page d’écriture ?

Un squelette utopique ?

Je le redoute… mais je l’avoue j’aimerai simplement que ce souci des prisons devienne un « souci populaire », non pas seulement de chaque citoyen mais aussi des fondations, des associations, des différents corps intermédiaires, des élus locaux.

Je voudrais que les prisons ne soient plus une « école du crime »

Les prisons ne sont pas que l’affaire de l’Etat mais de toute la nation.

Christian Montfalcon

Août 2012


envoyer l'article par mail envoyer par mail
Version imprimable de cet article Version imprimable

Nées à l’initiative d’un petit collectif de cinq personnes, infirmières et médecin, habité par la conviction qu’une mise en mots sur notre pratique est porteur de sens pour notre monde médico-social, les causeries médico-sociales ont dorénavant un site Internet...

Au 1er mai 2017, 69.679 personnes étaient incarcérées en France, ce qui représente une hausse de 1,4 % par rapport au mois de mai 2016 (68.685). Au 1er avril 2017, il y avait 70.230 personnes incarcérées, ce qui représente une baisse mensuelle de 0,8 %.

Début 2016, sept Unités hospitalières spécialement aménagées (Lyon-Bron, Toulouse, Nancy-Laxou, Fleury-les-Aubrais, Villejuif, Lille-Seclin et Rennes) fonctionnaient en France. La huitième unité a ouvert le 18 juillet 2016 à Cadillac, en Gironde.

Un reportage de l’AFP, un rapport du Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants du Conseil de l’Europe et le projet de loi de finances 2013 nous permettent de faire le point sur ce nouveau type de structure.

Voici plus de six ans, l’UHSA Simone Veil de Bron-Vinatier ouvrait ses portes et accueillait ses premiers patients détenus. Cette unité a 60 lits répartis en trois unités. Chaque unité a un projet particulier : accueil d’un patient en crise, soins individualisés, réadaptation. L’UHSA (unité hospitalières spécialement aménagées) reçoit des patients en hospitalisation libre ou sans consentement, recevant plutôt des malades souffrant de pathologies psychiatriques décompensées (psychoses, épisodes dépressifs graves). A ce jour, sept autres UHSA ont été ouvertes en France. Il était donc intéressant de retourner interviewer le Capitaine Jean-Christophe Wiart que la Fondation avait déjà rencontré en novembre 2010 pour tirer les premiers enseignements de deux ans d’expérience du métier de surveillant en un tel lieu.

Le 3 décembre 2015, lors de la soirée maintenant annuelle de la Fondation Après-Tout, avait été invité le Docteur Olivier Robert, neuropsychiatre et médecin du personnel de l’hôpital Edouard Herriot, sur le thème : « Le personnel hospitalier au carrefour de notre société »...

Selon les chiffres publiés le jeudi 15 octobre 2015 par l’Assurance maladie, les dépenses de médicaments en 2014, de 23 milliards d’euros, ont augmenté par rapport à 2013, de 845 millions d’euros (soit 3,8% de plus qu’un an plus tôt), en particulier du fait d’une nouvelle génération de molécules contre l’hépatite C comme le Sovaldi...

Toute les brèves

Contact

Fondation Après-Tout

Adresse : 15 rue Jean Perréal 69008 LYON

Mail : contact@apres-tout.org

Rechercher